BYSCO, concepteur de matériaux biosourcés et recyclables

Cette entreprise crée la filière de valorisation d’un déchet mytilicole : Le byssus (barbe) de moule. Elle organise la collecte, réalise le nettoyage de la matière première, sous-traite la transformation textile et commercialise ses premières solutions te

Détails du projet

  • Porteur principal : Robin Maquet
  • Nature de l'initiative : Démarche individuelle (entreprise ...)
  • Localisation : Cancale
  • Date de début : août 2021

Topics d\'economie circulaire

  • Consommation responsable
  • Recyclage
  • Approvisionnement durable
  • Allongement de la durée d'usage
  • Economie de fonctionnalité
  • Ecologie industrielle et territoriale
  • Eco-conception
Description

BYSCO est un acteur de la transition environnementale. Elle se donne pour ambition de participer à l’évolution des habitudes, des pratiques et des technologies. Cette société envisage la transition environnementale comme nécessaire dans 3 domaines d’activité : 

  • L’agriculture 

  • L’énergie 

  • Les matériaux 

    La transition environnementale des matériaux naît de la convergence de trois disciplines : la science des matériaux, les procédés de transformation de la matière première, et l’appréhension des marchés. 

Ainsi, leur ambition est de devenir un acteur majeur de la transition environnementale des matériaux. En effet, les pénuries de matières premières sont une réalité, et l’impact environnemental de matériaux non écologiques également. De ce fait, BYSCO a fait le choix de développer une filière locale de valorisation du byssus de moules, co-produit de la production de moule et donc une solution écologique et circulaire. 

 

Cette société bretonne possède deux activités principales :  

 

  • La première est une activité de bureau d’étude, situé à Nantes, qui accompagne et qui conseille les entreprises à opérer leur transition environnementale des matériaux. Leurs compétences se portent sur le choix des matériaux dans leur projet, mais également dans le pilotage de leur projet, dans l’ingénierie, la rédaction de fiche technique, la caractérisation et l’analyse du cycle de vie. Ainsi, avec leur bureau d’étude, BYSCO proposent une expertise en science des matériaux, ainsi que sur les procédés de transformation de la matière. 

  • Leur seconde activité est celle de structuration de la filière de valorisation du byssus de moule. A partir de ces co-produits mytilicoles, BYSCO produit des structures textiles tels que des rouleaux, nommé le BYSCOFLEX, comme isolant thermique et acoustique flexibles et souples, des panneaux «BYSCOPLAK » plus épais mais légers et adaptables à tous types de configuration, ainsi que du sur-mesure comme textile non-tissé biosourcé adapté aux différents besoins. 

Cette seconde activité, qu’est la fabrication d’une matière première sous forme de « balles de byssus », permet la structuration de la filière de valorisation du byssus de moule et la création. BYSCO en produit une partie mais font également appel à des sous-traitants. 

 

Qu’est-ce que le byssus de moules ? 

 

Le byssus de moule est une fibre naturelle produite par les moules, également appelée soie marine. Ces petites fibres permettent aux moules de s’attacher aux rochers, aux coques de bateaux ou encore aux cordes de culture. 

Elles se présentent sous la forme de fibres élastiques résistantes à l’eau, aux rayons ultraviolets et aux sels. Ainsi, le byssus représente une réelle alternative aux matières premières polluantes pétrochimiques dans la fabrication de divers produits comme les textiles, des isolants thermiques ou encore des absorbants acoustiques.  

En effet, le byssus offre une combinaison de propriétés techniques intrinsèques, tels que sa légèreté, ses propriétés ignifuges, résistance à la torsion, isolation thermique ou encore absorption acoustique, qui viennent enrichir l’offre existante de matériaux. 

Ainsi, une fois cette matière première écologique transformée, elle devient un matériau performant aux propriétés remarquables. 

Les grandes étapes de la filière de valorisation du byssus de moule : 

 

  • Tout d’abord, BYSCO récupère le byssus chez ses partenaires mytiliculteurs. Cela permet aux producteurs de moules de recycler et de valoriser les co-produits de leur travail. 

  • Ensuite, c’est dans l’usine de Cancale, dans la baie du Mont-Saint-Michel, qu’est lavé ce co-produit afin d’isoler les fibres de la moule des sables et des algues. BYSCO a conçu et fabriqué un procédé spécifique qui leur permet d’extraire ce byssus. 

  • Le byssus est ensuite transformé en textile technique sur une plateforme technologique située à Roubaix. 

  • Une fois le byssus transformé en textile, il est commercialisé dans le secteur de l’industrie du transport et de la mobilité, de l’équipement et de l’aménagement des bâtiments ainsi que de l’habillement technique, de la bagagerie et du sport. 

  • Enfin, lorsque le byssus de moule est en fin de vie, il est possible de le recycler. Ce dernier passera dans une effilocheuse puis il sera réintroduit dans la filière textile, où il retrouvera son cycle initial. 

La place de BYSCO dans l’économie circulaire des matériaux  :

Le fonctionnement de BYSCO s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire : 

  • BYSCO source la matière dans la nature pour la transformer en matière première. 

  • Ces matières premières subissent un certain nombre de transformations avant d’être intégrées dans un produit fini. 

  • Le produit est ensuite utilisé. Après son utilisation, il est détruit ou déconstruit. Pour la transition environnementale des matériaux, BYSCO préfère la déconstruction. 

  • Après la déconstruction, les matériaux sont réemployés, recyclés ou détruits. BYSCO favorise le réemploi ou le recyclage. 

 

Ainsi, BYSCO participe aux phases initiales et finales du cycle de vie des matériaux, comme le recyclage. Ils identifient les gisements, développent les technologies pour les transformer, et s’intéressent aussi au recyclage.  

 

Les sites de production 

Les activités de BYSCO sont 100% localisées en France. C’est à Nantes que les projets BYSCO sont réfléchis et conçus. Ensuite, la production de matière première, c’est-à-dire la récupération du byssus de moule, est réalisée à Cancale, dans la baie du Mont Saint-Michel. Pour finir, les textiles non-tissés biosourcés sont fabriqués à Roubaix, dans le Nord de la France. 

Aujourd’hui, ils répondent à une demande dans trois secteurs d’activités principaux (identiques pour le bureau d’étude et le matériau) : 

  • La mobilité (ferroviaire, véhicule de loisir, aéronautiques, transports isothermes, logistique…) 

  • Le bâtiments second œuvre (aménagement et équipements du bâtiment, confort acoustique, isolation thermique en second œuvre…) 

  • Le luxe (bagagerie, habillement technique, sport…) 

Bénéfices qualitatifs

Ainsi, l’objectif intermédiaire est de réussir à produire un maximum de byssus avec la ligne de production qu’ils ont développé, soit la ligne de production qui sert à laver le byssus et à en faire des balles, pour produire davantage de quantité et être une véritable alternative aux matériaux peu écologiques et pétrosourcés.  

Cette année : 1 tonne et l’année prochaine : une multiplication par 4. 

Chiffre clés : 

  • Production d’1 tonne en 2023, l’objectif de le multiplier par 4 en 2024 

  • Prévision de production de 20 tonnes en 2026 

  • Sur le territoire français il y a 4 500 tonnes de matière première disponible, et cela représente 450 tonnes de matériaux transformés  

Etapes de l'initiative

Etapes clés de la mise en place du projet  :

  • 2019 : premiers essais 

  • Phase de prototypage et de R&D 

  • Preuve de concept 

  • Création de l’entreprise en août 2021 

  • Continuer à développer la filière, avec notamment bientôt une levée de fonds. 

Perspectives  :

BYSCO souhaite augmenter grandement les quantités produites. Ainsi, en 2023, ils ont produit 1 tonne, et souhaitent le multiplier par 4 en 2024.  

De plus, la création d’une usine de transformation textiles à Nantes est en projet pour 2026, avec pour objectif de produire 20 tonnes de matériau de byssus de moule chaque année. 

L’objectif est de devenir, d’ici 8 ans, un acteur majeur à l’échelle européenne du marché du byssus. L’idée, à long terme, est de se positionner sur le gisement international, dès lors que le modèle sera pérenne en France.  

Un des enjeux centraux pour BYSCO est d’augmenter le volume de production. Ainsi, un des facteurs d’accélération potentiel serait une augmentation du nombre de producteurs de byssus qui se mettent en place sur les ports conchylicoles en les accompagnant, par exemple, au montage de leur ligne de production avec cette technologie développée, afin de pouvoir se fournir auprès d’eux. 

Facteurs d'accélération et freins

Facteurs d’accélération : 

L’entreprise a obtenu des subventions, ce qui a facilité la mise en place de leur projet. Par ailleurs, l’équipe, performante et ambitieuse, porte ce projet et assure son développement. Enfin, un facteur essentiel pour cette entreprise est d’avoir créé son réseau, notamment avec des partenaires industriels. 

Freins : 

Du fait de son activité, BYSCO se confronte à un certain nombre de contraintes. Ainsi, ils rencontrent des difficultés règlementaires, complexités inhérentes à la structuration des filières. Cette société propose une innovation de rupture : en effet, elle présente un nouveau produit, une nouvelle filière. Ainsi, ils sont confrontés aux freins liés au changement de pratiques qui peuvent engendrer des difficultés commerciales, récurrentes dans le domaine de l’économie circulaire. 

 

Domaines d’activités

  • Construction
  • Mobilité
  • Recyclage
  • Commerce

Ressources

  • Matériaux
  • Biodéchet
  • Efficacité matière
Mise en oeuvre

Partenaires

  • Mytilimer

  • Cultimer

  • Cap à l'Ouest

  • Huber process & Robotique
  • Pays de la Loire, Développement de la technologie


  • IFTH (Institut Français du Textile et de l’Habillement)
  • A aidé à explorer les voies de valorisation du byssus et à fabriquer l’isolant


  • Gemtex Roubaix
  • Laboratoire de recherche textile


  • EMC2

  • Europe technologies

Moyens techniques

BYSCO possède trois sites : ils ont leur bureau d'étude et le siège social à Nantes, un site de production de la matière première à Cancale, dans la baie du Mont Saint-Michel et enfin un site de fabrication des textiles non tissés biosourcés à Roubaix, dans le Nord de la France.

Financeurs

  • BPI France

  • Réseau Initiatives Nantes

  • France Actives

  • Les entrepreneurs engagés

  • Grand Ouest Banque populaire

Financement

Cette initiative est financée à partir de subventions (ADEME, Région France 2030), de dettes bancaires et enfin de capitaux propres. Actuellement, l'entreprise prépare une levée de fonds pour développer son activité.
Partager:
Auteur de la page

Alice Prémillieu

Modérateur

Oriane Marignier