Expérimentation sur la mise en place d’une filière de valorisation des filets de pêche usagés

Valoriser des gisements locaux par la création d’une boucle d’écologie industrielle territoriale

Détails du projet

  • Porteur principal : Guingamp-Paimpol Agglomération et Lannion-Trégor Communauté
  • Nature de l'initiative : Démarche multi acteurs (collective ...)
  • Localisation : Quartier maritime de Paimpol
  • Date de début : avril 2019

Topics d\'economie circulaire

  • Allongement de la durée d'usage
  • Ecologie industrielle et territoriale
  • Recyclage
  • Consommation responsable
  • Economie de fonctionnalité
  • Eco-conception
  • Approvisionnement durable
Description

En 2019, lors de la première rencontre nationale du DLAL FEAMP à Marennes Oléron, la Commission Mer et Littoral (CML) a fait une découverte inspirante. À la suite d’une rencontre avec l'ESAT « Claires & Mer » et l’Atelier « les gens de la mer ». Ce projet découle d'une expérimentation réussie dans le bassin d'Arcachon où le recyclage de filets de pêche et de poches ostréicoles a engendré un intérêt marqué des élus et des professionnels. La volonté d'instaurer des opérations similaires a donc germé chez Guingamp-Paimpol Agglomération, qui cherche à dynamiser son territoire, créer des emplois et favoriser l'insertion des personnes en situation de handicap. Depuis 2019, une réflexion engagée sur le recyclage du matériel de pêche et des poches ostréicoles a rassemblé une diversité d'acteurs, notamment la Coopérative Maritime de Paimpol, l'ESATCO de Plourivo, et la CCI des Côtes d’Armor. En septembre 2020, ce groupe de travail s'est élargi pour inclure des entreprises telles que Fil&Fab et Nanovia, ainsi que la Coopération Maritime.

Le processus s'est nourri d'échanges fructueux avec des professionnels du secteur et des acteurs locaux, et a donné naissance à une démarche expérimentale soutenue par les deux agglomérations. Le projet a suscité un réel engouement, notamment pour éviter l'enfouissement des filets et créer une valeur ajoutée bénéficiant au territoire.

Le cœur de l'expérimentation a duré deux ans et demi avec la coopération de la Coopérative Nationale Maritime et son programme RecyPech. Les petits ports du territoire ont joué un rôle essentiel dans cette entreprise singulière.

La coopérative maritime de Paimpol a pris en charge la collecte des filets, tandis que la Chambre de Commerce et d'Industrie a installé des points de collecte sur les ports dont elle a la responsabilité. Des tests d'impression 3D ont permis de produire des produits finis mais l'expérimentation s’est terminée en ne répondant pas encore à toutes les questions et freins identifiés.

Cependant, cette première phase a jeté les bases solides pour une deuxième étape du projet. L'objectif est clair : estimer les coûts et la viabilité pour les professionnels, s'assurer que le travail avec les ESATCO (Établissements et Services d'Aide par le Travail) est faisable, contrôler la qualité du produit démantelé et explorer davantage les possibilités offertes par cette démarche novatrice.

En somme, ce projet marque un pas audacieux vers une économie circulaire et responsable où la valorisation des filets de pêches usagés en polyamide ouvre la voie à de nouvelles opportunités pour le développement durable et la prospérité locale.

Bénéfices qualitatifs

Les différents objectifs économiques, environnementaux et sociétaux de l’expérimentation : 

  • Créer une boucle EIT : s’appuyant sur les flux et le gisement des filets de pêche usagés pour créer des synergies inter-entreprises sur le territoire 
  • Revaloriser des gisements locaux plutôt que de continuer l’enfouissement
  • Valoriser les emplois, dynamiser le territoire et structurer une filière de revalorisation

Chiffres clés : 

3 ports impliqués dans la collecte 

16 km de ralingues restitués aux pêcheurs professionnels 

600 Kilos de nappes valorisées 

Etapes de l'initiative

Les principales étapes du projet : 

1° Mise en place de points de collecte et signalétiques par la CCI et la commune : 

3 ports sont choisis pour être destinataire d’un point de collecte des filets de pêche usagés :

- 2 ports départementaux en contrat de délégation par la CCI 22 : Loguivy et Trédrez-Locquémeau

- 1 port communal : Perros-Guirec

 

2° Mise en place d’une charte : élaborée en partenariat avec la coopération maritime et la coopérative maritime de Paimpol. Cette charte est remise à chaque pêcheur engagé dans la démarche, elle est cosignée par le professionnel et la coopérative maritime de Paimpol. Elle décrit la filière expérimentale et ses différents acteurs, la durée de l’expérimentation, le coût de la prestation de déralinguage (transport et retour des ralingues inclus) ainsi que les engagements des deux parties prenantes. In-fine, 5 chartes ont été signées. 

 

3° Transport et stockage des filets : Le coût du transport des filets et du retour des ralingues a été pris en charge par la Coopérative maritime de Paimpol. 2 agents ont été formés pour le contrôle et la collecte

 

4° Démontage des filets et récupération des ralingues (cordage qui maintient tendu le bord supérieur ou inférieur d'un filet de pêche et/ou qui contribue à le renforcer) : 

Une équipe de 3 personnes a été formée pour la réception, le démontage des filets et la traçabilité des filets, nappes, ralingues 

 

5° Régénération à partir des nappes de filets : Cette étape est entièrement coordonnée par Fil&Fab et c’est la seule étape qui se réalise en dehors du périmètre du quartier maritime de Paimpol : le broyage se fait à Plougonvelin et la granulation en Italie.

 

6° Revalorisation via un produit final : Dans le cadre de l’expérimentation, NANOVIA a pu déterminer à partir d’un échantillon que la formulation initiale n’était pas adaptée aux imprimantes 3D. Une nouvelle formulation avec ajout de fibre de carbone régionale a été créée : le résultat est positif mais démontre un risque de déformation géométrique si elles sont soumises à une forte résistance mécanique ; l’usage devra donc être limité aux pièces de petites tailles (un maximum 10cm*10cm). Ce paramètre de résistance mécanique restreint le nombre de clients potentiels de NANOVIA et les amène à quitter le projet pour la phase de consolidation

 

7° Communication et mise en réseau : plan de communication décliné en 3 axes 

  • Signalétique des lieux de collecte et rappel des préconisations 
  • Communication auprès des professionnels 
  • Valorisation de l’expérimentation dans des actions de communications à destination du public via revue de presse, réseaux sociaux site internet 

 

Les perspectives 

Guingamp-Paimpol Agglomération et Lannion-Trégor communauté ont l'ambition de consolider et pérenniser l'expérimentation en vue de développer une filière durable. L'objectif principal est d'assurer la viabilité de cette filière à toutes les étapes, de la conception à la réalisation en passant par l'exploitation et la maintenance, tout en tenant compte des possibles changements d'opérateurs de la filière que ce soit au niveau des produits transformés ou de la collecte.

Le projet entre dans une nouvelle phase de consolidation intégrant, désormais, le comité départemental de la pêche. L'objectif est clair : accroître les volumes pour assurer une rentabilité accrue.

Pour atteindre cet objectif, une recherche active de nouveaux partenaires est entreprise. Ces partenariats stratégiques permettront de valoriser davantage les activités du projet et d'augmenter sa viabilité économique.

 

Pour cela, plusieurs pistes d'action ont été envisagées lors du dernier comité de pilotage :

  • Consolidation de la filière : Mettre en place un modèle économique viable, permettant d'atteindre un coût acceptable pour toutes les parties prenantes et bénéficiaires impliqués.
  • Augmentation des volumes transformés : Tester la filière sur des volumes plus importants en élargissant la zone de collecte pour répondre à la demande croissante.
  • Valorisation de la filière pêche : Mettre en avant les ports et métiers liés à la pêche pour renforcer l'attractivité et la reconnaissance de cette activité.
  • Diversification des matériaux usagés collectés 
  • Ouverture à d'autres types de produits : Élargir les horizons de la filière en intégrant de nouveaux produits dans le processus.
  • Collaboration à l'échelle nationale et européenne : Continuer les échanges avec d'autres acteurs de la filière à un niveau national et/ou européen pour partager les bonnes pratiques et enrichir les perspectives.
  • En résumé, ces perspectives ambitieuses démontrent une volonté forte de développer une filière performante et durable, tout en contribuant à la valorisation des ressources et des métiers liés à la pêche.

Facteurs d'accélération et freins

Les freins 

  • Manque d'adhésion et de mobilisation des professionnels du secteur qui hésitent à intégrer ces nouveaux processus 
  • Coût plus élevé rendant l’expérimentation moins attrayante pour les acteurs de l'industrie.
  • Diffusion et concentration des filets de pêche par certains ports, créant une demande saisonnière simultanée et des défis logistiques.
  • Manque de ressources humaines disponibles pour explorer des pistes de valorisation, entraînant des recherches non abouties dans ce domaine.

 

Les facteurs d’accélérations : 

  • Stabilité du nombre de bateaux : Une présence constante de bateaux dans l'activité favorise une continuité dans le développement de l’expérimentation
  • Reprise d'activité par les jeunes : L'engagement des jeunes générations dans le secteur contribue à stimuler la croissance et le potentiel de la filière
  • Soutien des élu.es : Le soutien politique a favorisé un environnement propice à la mise en œuvre de l’expérimentation 
  • Potentiel du pôle économique : Un volume potentiel de 38 tonnes dans le quartier maritime ouvre des opportunités pour les professionnels du secteur, soutenu par le comité des pêches. De plus, un élargissement aux chaluts et la possibilité d’étendre la collecte sur le territoire est envisagée pour structurer la filière 
  • Réponse aux enjeux de demain : L'adaptation à la réglementation et l'adhésion locale sont des priorités soutenues par une volonté politique au niveau des élu.es et des professionnels de la pêche.
  • Valorisation avec les agents de l'ESAT CO : Une coopération fructueuse entre les acteurs entraîne une satisfaction élevée et une demande croissante pour la revalorisation des filets de pêches usagés. De plus, la prestation est qualitative et permet un prix de rachat compétitif qui valorise ainsi le territoire et ses acteurs

Domaines d’activités

  • Services
  • Recyclage

Ressources

  • Déchet
  • Plastique
Mise en oeuvre

Partenaires

  • • Guingamp-Paimpol Agglomération, Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI),

  • • Lannion-Trégor Communauté, Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI),

  • • CCI des Côtes d’Armor

  • • Coopérative maritime de Paimpol

  • • ESATCO (Établissement et Service d’Aide par le Travail) site du pays de Paimpol, géré par l’association Adapei-Nouelles Côtes d’Armor

  • • La société Fil & Fab

  • • Nanovia

Moyens techniques

L’opération pilote est suivie par deux instances :

  • Un comité́ technique, rassemblant les opérateurs qui organise et met en œuvre l’opération : GPA (Groupement de prévention agréé), LTC (Lannion-Trégor communauté), ESATCO, CCI22, Coopération Maritime, Fil & Fab, Nanovia, la commune de Perros-Guirec
  • Un comité́ de pilotage, rassemblant les opérateurs et les décideurs, les financeurs, et partenaires soit le CD22, la région Bretagne, le CDPMEM22, le Pôle Mer et l’ADESS.
  • Ces deux instances se sont réunies pas moins de 11 fois entre novembre 2020 et février 2023.

Moyens humains

1 équipe formée pour le démantèlement 

Financement

Financé par les fonds européens Feamp (Le fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) à hauteur de 40% et par la Région Bretagne pour 40% et finalement par autofinancement 20%. Pour l’expérimentation le coût fut de 22 000 euros
Partager:
Auteur de la page

Chloé Paillaud Duboy

Modérateur

Webmaster CIRIDD

Responsable de projets